TRACKS NEWS / 17-10-11 / 59 ans, R. Stevie Moore par...

59 ans, R. Stevie Moore part pour la première fois en tournée.

Et ce n’est pas par manque de créativité : l’homme a enregistré l’équivalent de 400 albums !

Home sweet home

R. Stevie Moore aime bien son nid douillet. « I like to stay home », chante-t-il dans son hymne aux casaniers, « where it’s safe and sound and nobody has a rifle. I don't care about going anywhere. I don't think about appearing anywhere. I got enough to do right here ». Depuis les années 1960, il ne s’est pas départi de cette philosophie. Au lieu de suivre les traces de son père Bob Moore, et de fréquenter les studios de Nashville avec les géants de la country, il a préféré rester chez lui, à fignoler ses hits « lo-fi » et à expérimenter.

R. Stevie Moore - I Like To Stay Home (1986)

04m05

Voilà pourquoi il aime de rester à la maison ...

04m05

+
-

Plus de 400 albums sur des huit-pistes et des CD autoproduits

Résultat de ses bidouillages : l’équivalent de plus de 400 albums sur des huit-pistes et des CD autoproduits. Le maître lui-même n’en a plus une idée très précise, mais il retrouve régulièrement de vieux titres dans ses archives, et à chaque fois, c’est comme une découverte. Grâce à YouTube, à ses fans qui alimentent activement les réseaux, et au soutien de quelques calibres de la scène indé américaine, comme Ariel Pink et MGMT, l’œuvre de R. Stevie Moore commence à se répandre. Tout y est, de la surf music à l’art expérimental en passant par la country. On comprend qu’avec un tel éventail, peu de labels aient osé s’y frotter. Alors il diffuse lui-même ses titres, envoyant bandes et CD à son fan club de plus en plus nombreux dans le monde entier, le R. Stevie Moore Cassette Club.

Pour son dernier album « Advanced », il a bouleversé ses habitudes : pour la première fois, il s’est enfermé dans un vrai studio. Un drôle de changement au bout de 40 années de home-production, surtout pour ses fans qui n’auraient jamais imaginé pouvoir écouter un titre de R. Stevie Moore enregistré avec Auto-Tune. Une transformation qui ne déplaît pas au maître, qui a encore plein de projets en tête. Il faut dire qu’il entrevoit avec bonheur la possibilité de percer enfin, à 59 ans. Pour Tracks à Nashville, il a ouvert des caisses entières de disques, et a emmené sur scène son plus beau pyjama à Berlin.

Reportage : Nuno Monteiro