TRACKS NEWS / 13-02-16 / Adam Elliot, réalisateur au...

Adam Elliot, réalisateur aux mains d'argile

Chef de file de la "clayography", un style de cinéma qu'il a lui-même inventé, ce réalisateur australien réalise des chefs d'oeuvre d'animation à base de personnages bizarres.

Son film le plus célèbre est aussi son plus récent à ce jour : Mary And Max. Pourtant, il réalise ses longs-métrages minutieux depuis 1996. La liste est courte, et c'est normal : dans l'obscurité de son studio de Melbourne, le réalisateur Adam Elliot a besoin d'une semaine pour tourner 2min30 d’animation en stop motion ! Auteur de cinq films, l’Australien a inventé un mot pour définir son style : "clayograpy", « clay » comme pâte à modeler, et « biography » pour les histoires inspirées de sa vie. Et il a déjà gagné on Oscar pour ça...

La base du travail d'Adam Elliot se trouve dans la pâte à modeler, avec du fil de fer et de la peinture en sus. Et la force de ses films d'animation, oùtre le travail de fourmi qu'il abat à chaque fois, se situe dans ses personnages « ugly–cute » souvent atteints de différentes maladies ou juste de solitude : Max l'obèse souffrant de la maladie d'Asperger ou Harvie, atteint du syndrome de la Tourette touché par la foudre et amputé d'un testicule.

Avec un père clown acrobate reconverti dans l'élevage de crevettes, il souffre égalment de tremblement psychologique, une maladie héréditaire qui ne l'a pas empêché de se lancer dans l'animation. Celui qui se décrit comme un réalisateur "chauve, gay et asthmatique" était l'invité du Festival Carrefour de l’Animation à Paris. Tracks l'a rencontré.

Un reportage de Mina Angela Ighnatova

Dans leurs favoris (1)