TRACKS NEWS / 13-10-11 / Babycastles Arcade - Jeux v...

Babycastles Arcade - Jeux vidéo indé

Bye bye les résolutions high tech et la solitude de la X-Box ! Chez Babycastles Arcade à New York, les adeptes du joystick ont toutes les chances de se prendre une écharde. 

Syed Salahuddin et Kunal Gupta en avait marre de moisir chez eux devant leurs écrans. Ils ont donc ouvert leur propre salle d’arcade. C’est dans le sous-sol de ce qui est à la fois leur club et lieu d’habitation du Queens qu’ils ont passé deux ans à fignoler leur propre console de jeux avec des amis artistes new-yorkais, demandant au passage à quelques développeurs as de la débrouille de se lâcher sur les pixels. Exit donc le football et les courses automobiles, place à une faune de schizophrènes, dieux et autres prostituées. 

Babycastles

Twitter

+
-

Faire naître l'expérience collective en maniant les manettes

Dans les jeux labélisés Babycastles , il n’est pas question de foncer à travers la ville dans une bagnole de luxe. Bien au contraire, on se glisse dans la peau d’un psychopathe exhib’ qui se prend pour un bolide.
 Autre variante, incarner Darwin pour affronter le vieux barbu au ciel dans un jeu de combat. Pour les rois de la débrouille, le recyclage est élevé au rang d’impératif catégorique. Est donc récupéré tout ce dont les bureaux new-yorkais se débarrassent. Et ce qui a un jour été peint ne sera pas retouché, les créateurs de Babycastles ne sont pas des adaptateurs.  A présent, ils écument les clubs indé et autres galeries underground de la Grosse pomme avec leurs jeux d’arcade qu’on pourrait croire bons pour les encombrants. Leur QG : un entrepôt sur l’East River. Leur mission : faire naître l’expérience collective en maniant les manettes. 

-

Babycastles

4 photos

+
-

Qu'est-ce qu'une soirée Babycastles?

Une soirée Babycastles, c’est un mélange de club indé, de happening et de festival de jeux. On retourne un peu à l’âge où on jouait à la console en pyjama avec les copains. A une différence près : plus d’extinction des feux aujourd’hui ! Pour Tracks, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.