TRACKS NEWS / 12-05-17 / Le savant fou du dimanche
DIY BIO

Le savant fou du dimanche

Plus de contrées lointaines à explorer ? Avec les kits de biologie DIY, le scientifique amateur reprend du service.

Avant l’arrivée au pouvoir de la blouse blanche et des grands laboratoires, la science appartenait aussi aux amateurs, aux explorateurs et aux passionnés. Le gentleman de l’époque victorienne, explorateur de contrées lointaines, qui recueillait dans ses carnets les croquis de plantes exotiques, était un scientifique ! Des armées de naturalistes amateurs ont rempli les étagères des universités avec leurs spécimens plongés dans le formol, leurs remarques et observations fournissant la matière de discussions entre spécialistes. Dans un monde sauvage et méconnu, le marin est un cartographe sans qui les atlas n’auraient que peu de valeur. Aujourd’hui, le scientifique du dimanche a surtout comme rôle la récolte bénévole de données. On peut notamment le retrouver sur son toit, l’oeil derrière une lunette d’astronomie. Mais les amateurs les plus audacieux, eux, sont dans leurs garages à reconfigurer l’ADN de bactéries…

Née du mouvement open source et de la démocratisation de l’accès à la technologie, la biologie de garage veut mettre entre les mains du quidam moyen le pouvoir d’expérimenter avec le vivant. Mais donner autant de pouvoir à des amateurs n’est pas du goût de tout le monde. En avril dernier, l’Allemagne interdit l’importation du kit « CRISPR-Cas9 », une mallette vendue 150 dollars et qui permet de manipuler l’ADN de bactérie grâce une technique perfectionnée ces dernières années. Confectionné par les biohackers de The Odin, menés par Josiah Zayner (le type qui a voulu remplacer toutes les bactéries de son corps en avalant des excréments), le kit vient s’ajouter à une liste plutôt complète d’outils DIY permettant, au choix, de rendre des levures fluorescentes, de faire de la musique avec des bactéries, de déceler des OGM ou encore des perturbateurs endocriniens.  

-

DIY bio kits

4 photos

+
-

Les hackers s’attaquent aujourd'hui au code du vivant et le scientifique du dimanche est invité, par passion et goût du risque, à explorer ce qu’il reste d’inconnu dans l’univers qui ne repose pas au fond des océans ou à des années lumière de chez nous. Mouvance scientifique un peu punk sur les bords, la biologie DIY est l’objet de la conférence Biofabbing qui se tient en ce moment à Genève en Suisse, rassemblant des groupes de biohackers d’un peu partout dans le monde. Pour entrer dans leur monde où les bactéries ressemblent à des animaux sauvages à dompter, revoyez notre reportage sur le sujet :