TRACKS NEWS / 02-09-16 / Bombe anatomique
Bikini

Bombe anatomique

Alors que le burkini est devenu la polémique estivale, le bikini, lui, a fêté ses 70 ans cet été. Et le deux pièces continue à alimenter les fantasmes.

"En bikini, elle fait l’effet d’une bombe", pouvait-on lire sur les premières réclames pour "le plus petit maillot de bain du monde". C’était en juillet 1946 et l’inventeur du bikini, le Français Louis Réard, un spécialiste de la maille, misait sur l’effet déflagration en présentant au monde son deux pièces baptisé comme l’atoll des Îles Marshall, en Océanie, où une explosion atomique avait eu lieu quelques jours auparavant. Et son bikini est, de fait, une révolution. Avant lui, le deux pièces consistait en une gaine XL en laine tricotée de 500 grammes et pesant plus de trois kilos une fois mouillée. Plus léger et plus petit, le bikini découvrait aussi pour la première fois aux yeux du monde… le nombril féminin. Un tabou à l’époque et le bikini fut interdit de sortie sur la plupart des plages européennes d’après-guerre et même de piscine jusqu’aux années 70 en Allemagne.

Il faudra une décennie au bikini pour s’imposer sur les corps des femmes de France, de Navarre puis du reste du monde. Celle qui en fera l’un des plus grands phénomènes de mode est une femme. Ou plutôt LA femme : le sex symbol ultime immortalisé en 1956 par Roger Vadim dans "Et Dieu… créa la femme", Brigitte Bardot. Le bikini vichy de BB dans le film de Vadim, que toutes les jeunes filles de l’époque s’arrachent, devient le cheval de Troie du deux pièces qui fait tomber les dernières barrières de la pudeur. Le plus petit des vêtements sort du placard pour de bon et Dalida le célèbre en chanson…

Itsi bitsi petit bikini               Dalida
Dalida – "Itsy Bitsy petit bikini"
+
-

Et aujourd’hui ? Le bikini continue à inspirer, pour le meilleur et, disons, le moins meilleur. Après ses hasardeuses déclinaisons, le "facekini", ce maillot-cagoule qui fait un carton en Chine, et le "mankini", l’hérésie portée par Sacha Baron Cohen dans "Borat", voici un top 5 des bikinis les plus improbables. 

Le bikini panneau solaire

-

Solar-powered bikini

1 photo

+
-

Des petits panneaux photovoltaïques plein le soutien-gorge et un port USB intégré à la culotte, le "Solar Powered Bikini" permet d’alimenter smartphone, tablette etc sur la plage. La notice n’indique pas si le maillot est fait… pour la baignade. 

Le bikini soluble

-

Get Naked Bikni

1 photo

+
-

Semblable en tous points à un bikini, à la vue comme au toucher, le "Get Naked Bikini" (le bikini "à poil") s’en différencie à un détail majeur : il est fabriqué dans un matériau qui se dissout immédiatement au contact de l’eau. La société allemande (de große vilains) qui a inventé la chose la promeut avec un argument marketing qui défie l’entendement : "Le Get Naked Bikini est l’instrument de revanche ultime des hommes qui viennent de se faire larguer". Finesse, quand tu nous tiens… 

Le bikini le plus cher du monde

-

Diamond Bikini

1 photo

+
-

C’est un peu la tiare du bikini… Zéro tissu et 150 carats de diamants qui cachent à peu près rien pour la modique somme de… 26 millions d’euros. A ce prix là, le confort n’est pas inclus puisque, de l’aveu du mannequin qui en fait la pub, le maillot est insupportable sans la pose au préalable de sparadraps là où on pense. Une bien belle invention, donc… 

Le bikini Pac-Man

-

Pac-Man Bikini

1 photo

+
-

Un maillot qui colle à la tendance du retro-gaming avec le héros des jeux d’arcade des eighties collé sur les seins et le petit fantôme à éviter un peu plus bas…

Le bikini mesureur d’UV

-

UV Meter Bikini

1 photo

+
-

Le "SmartSwim Bikini" (le bikini de la nage intelligente en VF) possède un dispositif waterproof incorporé qui mesure le degré d’intensité des ultra-violets sur une échelle de 0 à 20. Histoire d’être bien sûr que le soleil ça brûle à midi et qu’il vaut mieux s’exposer le matin ou en fin d’après-midi.