TRACKS NEWS / 24-10-17 / 2020, l’odyssée de l’espace...
SF chinoise

2020, l’odyssée de l’espace chinois

Et si l’empire du Milieu devenait le nouvel Eldorado de la science fiction alors que la Chine met en orbite son ambitieux programme de conquête spatiale ? 

« Follement imaginatif et passionnant ! » Ainsi parle Barack Obama du Problème à Trois Corps, best seller de la nouvelle science-fiction chinoise qui s’est vendu à un million d’exemplaires rien que dans son pays, pendant que Mark Zuckerberg le recommendait aux millions de followers de son club de lecture sur Facebook. Ce livre et, fait rare, un autre roman de SF chinois récent, ont même décroché le prestigieux Hugo Award, le prix littéraire américain qui récompense chaque année les meilleurs récits de SF et de fantasy. Signé par la nouvelle grande plume de la littérature SF chinoise, Liu Cixin, Le Problème à Trois Corps raconte l’histoire d’une scission planétaire entre les humains qui veulent accueillir les extraterrestres et ceux qui veulent leur faire la guerre, le tout situé à l’époque de la révolution culturelle chinoise. Ironie, c’est exactement à ce moment là que la science-fiction fut bannie. Car pour les autorités chinoises, la SF est un véritable instrument de pouvoir. Dans les années cinquante, suite à l’instauration du régime communiste, le pays carbure aux écrits d’Alexandre Beliaïev, surnommé le "Jules Verne soviétique", encouragé par les autorités qui voient d’un bon œil ces fictions qui promeuvent les explorations scientifiques en temps d’industrialisation massive. Parce qu’elle n’est pas seulement une idée du futur mais bien un reflet du présent, et souvent un outil de critique sociale, la SF est clouée au pilori par Mao pendant la révolution culturelle lors des purges idéologiques qu’il imposa à la Chine. Pendant ce temps, Hong Kong, protégée par son statut de colonie anglaise, bricole ce qui s’apparente à des copiés-collés de productions hollywoodiennes.

Inframan Trailer (1975)
Inframan Trailer (1975)
+
-

Avec l’arrivée de Deng Xiaoping au pouvoir en 1978 et sa volonté d’établir des relations, notamment commerciales avec l’Occident, la science et la technologie sont au cœur du développement chinois et la science-fiction reprend du galon. Les autorités, qui pensent que le genre peut développer la fibre scientifique dans l’esprit de la population chinoise, assignent même des auteurs à l’écriture de romans. C’est le premier âge d’or de la SF chinoise jusqu’à ce que « la campagne contre la pollution spirituelle » lancée par la branche conservatrice du PC chinois en 1983 ne la relègue à nouveau au placard au nom de la lutte contre les « imports bourgeois occidentaux ». Heureusement, pendant ce temps là, Hong Kong expérimente tous azimuts en mode post-apocalyptique comme ce Flash Future Kung Fu de 1984 dans lequel des gentils pratiquants d’arts martiaux résistent à des méchants nazis qui veulent les droguer. Oui, oui... 

Flash Future Kung-Fu (1984) AKA: Health Warning, Mr. Digital
Flash Future Kung-Fu (1984)
+
-

Aujourd’hui, la Chine lorgne à nouveau vers les étoiles avec trois ambitieux projets : une stations spatiale permanence, l’envoi de deux sondes sur la Lune et une mission sur Mars prévue pour 2020. Et la SF est, encore une fois, appelée à la rescousse. Dans leur plan de développement scientifique et technologique édité l’année dernière, les autorités chinoises stipulent la nécessité de parfaire l’éducation scientifique de la population et entérinent la création de prix de récompenses pour la SF nationale ainsi que des festivals internationaux dédiés au genre. A en juger par le nombre de livres et courts-métrages qui débarquent sur les écrans ces derniers temps, la Chine, qui a connu un développement d’une rapidité hors norme, semble avoir le besoin pressant de se regarder dans le miroir tendu par la SF. 

CONTROLLER (控制者) Sci-Fi short film
CONTROLLER (控制者) Sci-Fi short film
+
-