TRACKS NEWS / 03-12-09 / Cyborg : bienvenue chez les...

Cyborg : bienvenue chez les accros des droïdes

Et si les robots étaient des êtres vivants et le décor post-apocalyptique de Mad Max le monde réel ? Bienvenue chez les accros des droïdes, machines mutantes et troublantes, à la frontière du minéral et de l'organique. On connaissait les robots mixeurs, peintres automobiles ou trieurs de patates. Mais pour les artistes du cyborg, le robot à tout faire c'est l'âge de pierre, leurs créatures ne servent à rien, se nourrissent des poubelles et des casses, et brouillent la frontière entre le minéral et l'animal. Un cauchemar post-apocalyptique où des machines vivantes prendraient le pouvoir. Cette année, le "Festival Souterrain Porte 5" de Nancy, dédié depuis quatre ans au Body Art a rameuté tous les cyborgs de la planète. 
 

Robocross

Venus de Berlin, les musiciens de Robocross ouvrent le bal. Et s'ils raffolent de Heavy Metal, c'est qu'ils sont eux-mêmes entièrement faits de métal ! Robocross, c'est la fusion des deux passions de leurs créateurs : les robots et le motocross, auxquels ils empruntent quelques pièces détachées. Tous les gestes de ces robots musiciens sont pilotés par ordinateurs. Marcus Kolb - Robocross : "Ça fait déjà deux ans qu’on tourne avec Frank, le batteur. Mais le guitariste lui, c’est seulement son deuxième concert. Aujourd'hui, ils savent jouer quatre morceaux, et je suis en train d’apprendre au guitariste un cinquième titre : "Iron Man" de Black Sabbath. C’est très difficile parce que le guitariste à 84 doigts." Conçues dès l'origine par Frank Barnes, un punk anglais installé à Berlin depuis ses dix-huit ans, les créatures de Robocross, fonctionnent pour la plupart grâce à l'air comprimé. Inoxydables, infatigables, et sans cotisation sociale, elles ont fait plusieurs fois le tour de la Terre, parcourant les festivals comme un "Spinal Tap" à piston.

Robocross

Website

+
-

-

Robocross

2 photos

+
-

Lyle Doghead

En vieux punks qui se respectent, les artistes cyborgs maîtrisent en virtuoses l'art du "Do It Yourself". Le dada du Canadien Lyle Doghead, ce sont les moteurs de 2CV, matière première de ses créations. Ce mécano animalier habite depuis huit ans en Italie, avec vue sur l'une des plus grandes casses du pays. Une vraie malle aux trésors d'où est sorti en 2006, un chien mécanique. Lassé de le promener, Lyle se lance alors un nouveau défi : Lrry-1 le bison à explosion !

-

Lyle Doghead

1 photo

+
-

Mutoid Waste Company

Lyle Doghead recycle bicyclettes, tondeuses à gazon, machines à laver, et autres toasters pour rendre vivantes ses bestioles mutantes. Une passion pour le détournement qui a saisi cet ex-punk quand il a rencontré le collectif anglais de la Mutoid Waste Company au milieu des années 80. Avec ces artistes tous issus des années "no future", lancés sur les routes européennes et australiennes, le film Mad Max ou le héros de BD Judge Dredd deviennent bien réels. En pleine explosion des free parties, Mutoid Waste invente un décor pour la génération techno. Un délire post-apocalyptique mené avec brio par Joe Rush, le cerveau de ces barbares hi-tech', squatteur et organisateur de fêtes délirantes à Londres en 1984.

Mutoid Waste Company

Scribol Art & Design

+
-
Mutoid Documentary I

09m56

Mutoid Documentary

09m56

+
-

Electric Circus

Avec Electric Circus d'Amsterdam, l'art cyborg pénètre dans l'univers des marionnettes. Ils réalisent le rêve de Geppetto : donner une âme à leurs pantins. Grâce à cette union entre un inventeur - Fred Abels - et une marionnettiste - Mirjam Langemeijer -, les effets spéciaux ultra réalistes de l'animatronique, jusque-là réservés au cinéma ou aux parcs à thèmes, ont fait irruption dans le théâtre de rue. Leur dernière création s'appelle Dirk. Robot SDF, ses mouvements sont pilotés depuis une télécommande. La ressemblance avec un vrai humain est si troublante qu'il a été arrêté par des vigiles bien réels en Allemagne.

Electric Circus

Website

+
-
Dirk the homeless robot/www.electric-circus.eu

03m56

Dirk the Homeless

03m56

+
-

Lords of Lightning

Donner la vie à un être inanimé, c'était le rêve du docteur Frankenstein, le héros du roman de Mary Shelley écrit en 1818. Cent treize ans plus tard, Boris Karloff incarne la créature revenue 
d'entre les morts. Le secret du docteur Franky ? La foudre, seule capable de fournir l'énergie vitale! Les Lords of Lightning, les "seigneurs des éclairs" domptent les volts. Équipés d'une combinaison de plongée en néoprène doublée d'une cotte de mailles de huit kilos habituellement utilisée dans la chasse au grand requin blanc, ces paratonnerres humains encaissent trois millions de volts sans griller.

The Lords of Lightning @Fuji Rock 08

03m03

The Lords of Lignhtning

03m03

+
-

Reportage : Gianni Collot