Davy Chou : « Le cinéma est plus fort que l’histoire »

Un jeune Français part sur les traces de son grand père, pour ressusciter le cinéma cambodgien annihilé par la dictature de Pol Pot.

Né en France en 1983, Davy Chou est le petit-fils de Van Chann, producteur de la grande époque du cinéma cambodgien avant que celui-ci ne soit meurtri par la dictature des Khmers Rouges à partir de 1975. Jugés contre-révolutionnaires par le régime de Pol Pot alors qu’ils rayonnent sur l’Asie, des centaines de films disparaissent intégralement. En 2012, le jeune réalisateur part sur les traces de son grand-père et de cet âge d’or du 7e art avec son documentaire Golden Slumbers (Le Sommeil d’Or en VF). Il filme le plus grand cinéma de l’époque, aujourd’hui transformé en squat  hébergeant quelques centaines de personnes. À travers la mémoire des réalisateurs, acteurs et cinéphiles survivants, il met en scène à sa manière les films perdus et fait revivre ce cinéma des sixties.

Le Sommeil d'or - Bande-annonce
Le Sommeil d'Or (bande annonce)
+
-

Dans sa première fiction Diamond Island (2016), du nom d'une île artificielle dépendant de Phnom Pen, il raconte l'histoire d'un chantier pharaonique, incarnation des rêves de modernité du pays : d'un côté ceux des pauvres travaillant sur le chantier, de l'autre la jeune classe moyenne qui se projette dans un futur bling bling…  Aussi producteur. Avec sa société Anti-Archive, il accompagne la nouvelle vague du cinéma cambodgien.

« Beaucoup de mes acteurs en fait ne m’ont pas pris au sérieux quand je les ai rencontrés. Sans doute que j’avais un style trop bizarre et aussi que je ne maîtrisais pas bien la langue. Moi j’ai absolument adoré ça : ça veut dire avoir un prétexte pour aller parler à des jeunes inconnus, c’était vraiment chouette. »

DIAMOND ISLAND Bande Annonce (Film Adolescent - 2016)
Diamond Island (bande annonce)
+
-

Un reportage de Valérie Paillé.
Images/son : Diego Monet.