TRACKS NEWS / 28-09-14 / De l’art dans le cochon
Wim Delvoye

De l’art dans le cochon

Après sa “machine à merde” et ses cochons tatoués, le plus célèbre provocateur de l’art contemporain belge présente sa dernière extravagance à Paris.

Brigitte Bardot a voulu lui faire la peau parce que lui voulait vendre celle de cochons qu’il avait tatoués. C’était en 2010 et ce que Wim Delvoye considérait comme une critique de la société de consommation avait ulcéré les mouvements de protection des animaux. Dix ans auparavant, l’artiste belge, qui fait honneur au célèbre humour de sa patrie natale, avait créé la désormais célèbre “Cloaqua” : une gigantesque “machine à merde” qui pue, pète et se nourrit des plats cuisinés qui, au fil de son parcours intestinal, se transforment en excréments.

Délirantes et controversées, ses oeuvres ont vu leur prix flamber et Wim Delvoye est désormais l’un des artistes les plus côtés de l’art contemporain. A 49 ans, il continue sa critique à la fois drôle et acerbe de la société contemporaine. Parmi ses oeuvres exposées à la Galerie Perrotin, à Paris, jusqu’au 31 octobre, une sculpture monumentale intitulée “Karmanyaka” :  une tour d’inspiration médiévale jaillie des racines d’un arbre et qui tourne sur elle même jusqu’au plafond. Cette fois-ci, l’artiste s’en est donné à coeur joie pour imaginer le royaume fictif d’un tyran…

Wim Delvoye à Paris

+
-

En 2006, Tracks avait tiré le portait de ce franc-tireur…

Dans leurs favoris (6)