Féministes de poche

À poil ou poilues, disponibles en toutes tailles et formes, les amazones du digi-féminisme explosent les tabous sur les médias sociaux. À vos téléphones !

Sur Internet, n’importe qui peut ouvrir un compte Instagram et publier ses photos. On peut s'exhiber pour attirer l’attention, se créer une petite cour sans que personne ne vous dise quoi faire. Des filles qui ont choisi de montrer leur physique atypique ou leur grosse poitrine, leurs jambes poilues, cuisses épaisses ou filiformes redéfinissent les canons de la beauté sur des réseaux qui bannissent les tétons.

Maidenfed

Sortie de cure de désintox, elle fait des collages et pose pour la caméra, nue dans les rues de Brooklyn. « Je sais que je ne suis pas la blonde aux yeux bleus avec un petit nez... Mais en même temps, j'ai tellement pas de fric pour la chirurgie esthétique que je dois faire avec ! C'est comme ça ! » 

Kaguya

Photographe de mode pour la presse, elle décide en 2017 de devenir son propre modèle, avec un ventre qui déborde comme celui d’un Bouddha. « Je passais mon temps à photographier des femmes minces et superbes mais je les photoshoppais à fond pour qu'on ne voit même pas les pores de la peau, pour qu'elles paraissent encore plus maigres, c'était ridicule. »

Alexandra Marzella

Quand elle ne fait pas le mannequin pour gagner sa vie, elle se montre sur Instragram. Avec poils et boutons en prime, parce que s’épiler c’est super rasoir. Garanti sans retouches. « Y'en a qui me disent que je ne suis pas une vraie activiste, que poster sur Instagram depuis mon lit n'est pas... On me dit "Qu'est-ce que tu fais vraiment pour changer le monde ?" Et ben j'influence 75 000 personnes, voilà ce que je fais. » 

Leah Schrager

Diplômée des beaux arts, elle fait de sa nudité un instrument de pouvoir et questionne la place du corps de la femme dans l’art. « Ce sont les peintres hommes qui peignent les femmes, ce sont des photographes hommes qui photographient les femmes. Pour que le corps d'une femme soit considéré comme de l'art, il faut qu'il soit passé entre les mains d'un homme. »

Giulia

À 27 ans, Giulia met en perspective le porno avec ses collages numériques spécialement concoctés pour les réseaux sociaux.