TRACKS NEWS / 15-01-17 / Maldives au jambon
beau-gras beau-gras

Maldives au jambon

Rassurez-vous, personne n'a vandalisé le musée du saindoux : en gestation depuis plus de deux ans, cette île composée essentiellement de matières grasses nommée Fatberg est censée nous faire réfléchir sur l'utilité et la signification du gras dans le monde moderne.

Le gras, « fat » en anglais. Quand le consensus veut qu'on le cache, qu'on l'élimine, qu'on s'en débarrasse par tous les moyens, ne vous étonnez pas qu'on le retrouve quelque part, roulé en boule, triste et mal aimé. C'est généralement ce qui se passe dans les égouts, où les huiles de cuisson et autres déchets forment ce qu'on appelle des « fatbergs ». Contraction de « fat » et « iceberg », le mot est entré dans la culture Web depuis les années 2010 et l’impressionnante couverture médiatique des soucis de canalisations de nos voisins britanniques : de gigantesques boules de glace saveur fish & chips et lingettes nettoyantes obstruent les égouts anglais, pouvant peser jusqu'à 15 tonnes et causant des dégâts considérables. Horrifié par ces monstres gargantuesques, le public s'est ému de découvrir que le gras n'est pas seulement ce qui vous encombre le bide avant l'été, mais un matériau aux propriétés saisissantes.

London: 'Bus-sized fatberg' removed from the city sewer
London: 'Bus-sized fatberg' removed from the city sewer
+
-

Tout commence par une petite boule de gras de la taille d'un poing, baignant dans une cuve remplie d'un liquide visqueux stockée quelque part en Hollande. Le projet Fatberg annonce la couleur sur son site : beige clair, avec des reflets jaunes. « Le gras remplit une fonction vitale et unique en tant que réserve d'énergie, conservé dans le corps pour les périodes de disette. Et pourtant, dans le monde occidental, le gras a perdu son rôle. Il est de plus en plus stocké, mais n'assume que très rarement sa fonction d'origine. Le gras ne fait qu'exister. » Pour résoudre la crise existentielle du gras, la mission Fatberg est plutôt simple : créer une île composée essentiellement de matière adipeuse agglomérée, sans autre objectif que de la laisser flotter, et documenter tout le processus de recherche et de création. Il ne s'agit pas réellement « d'imaginer un futur où le gras serait... », mais plutôt d'une entreprise bien plus concrète : imposer le gras à la vue de tous, le faire exister de manière pérenne et inviter ceux qui le voudront à interagir avec la matière de diverses manières. Tailler le bout de gras, en somme, dans le calme et la bonne humeur.  

FATBERG Triptych

02m00

Fatberg

02m00

+
-
Fatberg.nl

www

+
-

Inauguré lors de la Dutch Design Week, Fatberg est né en 2014. Présenté au public pour la première fois, il n'est qu'un « embryon » placé dans un « incubateur » à la vue des curieux. Assez visible pour qu'on s'y intéresse, mais pas assez gros pour être qualifié d'île. Dès 2015, il était possible de réaliser une donation en gras à Fatberg, afin de devenir actionnaire de cette île construite collectivement. L'évènement anniversaire fait les choux gras de ses instigateurs, qui proposent aux visiteurs de faire les malins sur un fond vert, incrustés plus tard sur cette île délirante mais qui reste encore imaginaire.

FATBERGs 1st Birthday Party: Thank You

00m52

Happy Birthday Fatberg !

00m52

+
-

Les papas de Fatberg sont deux artistes basés aux Pays-Bas : Mike Thompson, membre du cabinet de conseil en design Thought Collider, et Arne Hendriks, prof de design et dont le premier projet de recherche, « The Incredible Shrinking Man » (l'incroyable homme rétréci) est une exploration barrée mais fascinante du rétrécissement de a taille humaine pour mieux coller à notre évolution environnementale. Si les deux compères abusent de termes maternels pour parler de leur île, c'est que celle-ci est littéralement en gestation depuis deux ans : elle croit lentement mais sûrement en taille ainsi qu'en notoriété. Ses créateurs la veulent vivante et pas qu'en métaphore. L'île doit être le lien entre une maladie macroscopique, les fatberg des égouts, et microscopique, l'obésité, symbole d'une maladie mentale de la consommation et production effrénées. « Notre objectif final, c'est que Fatberg développe sa propre présence culturelle, et devienne une icône, une référence prête à stimuler la recherche et les débats. »

-

Fatberg

5 photos

+
-

Après une campagne de financement participatif en 2016 qui n'a pu remplir ses objectifs pécuniaires, Fatberg voit malgré tout 2017 d'un bon œil. L'île a trouvé sa dernière maison avant la fin de sa période de gestation : le chantier naval NDSM à Amsterdam, où elle sera mise à l'eau. Amerrissage prévu pour le printemps de cette année donc, pour l'île devenue support pour une sorte de mix entre un parc d'attraction, une école populaire, un lieu de débats et un restaurant. Entourée de pontons modulaires en ciment flottant, Fatberg devrait continuer de faire graviter évènements et animations, pour que le gras s'impose à la vue de tous : plongée sous marine pour explorer tous les angles du gras, ateliers de cuisine à base de gras... Yes we couenne !

Dans leurs favoris (1)