Frank Henenlotter, le remue-méninges de l’hémoglobine

Génie de la comédie horrifique, ce cinéaste américain a dédié sa vie à dynamiter le cinéma de genre avec humour et sans filet.

Habitué à côtoyer les junkies et les prostituées de la 42ème rue de New York, qui sont depuis devenus les personnages de ses films tels que Brain Damage ou Frankenhooker, le réalisateur de 66 ans Frank Henenlotter est l’une des stars du cinéma de genre avec son cocktail d’humour, de sexe et de sang.

Le jeune Frank a grandi seul devant un écran de télé, ce qui explique sans doute son tropisme pour les films de série B. Mais son côté sale gosse a du le pousser à ne rien faire comme tout le monde et à commencer directement par un style dont il fera sa marque de fabrique : Basket Case, sorti en 1982, marque ses débuts dans la comédie horrifique poussée à l’extrême. Un autre fait d’armes pour lequel Henenlotter s’est illustré pendant des années : poser en cadavre devant des monuments et des salles de ciné.

basket case official trailer (1982)
The Basket Case - trailer
+
-

En 2015, il signe un ovni : Chasing Banksy, un film sur des individus ayant dérobé des oeuvres du légendaire street artist après l’ouragan Katrina… Selon ses dires, il aurait découvert la véritable identité du street artiste le plus mystérieux du monde lors du tournage mais il n’a jamais trahi son secret.

Chasing Banksy Official Teaser Trailer [HD]
Chasing Banksy - Trailer
+
-

Aujourd’hui, Frank Henenlotter est mis à l’honneur à l’Etrange Festival comme à la Cinémathèque de Paris. Tracks a profité de son passage dans la capitale française pour retracer une carrière tout en « faux-sanglants »…

Un reportage d'Aldo Lee
Images : Marjory Dejardin