TRACKS NEWS / 21-08-16 / Hakim Bey, mille millards d...

Hakim Bey, mille millards de mille sabordages

Controversé et provocateur, le mystérieux Hakim Bey est l’un des héros de la contre-culture à qui squatteurs, ravers, hackers et autres rebelles vouent un culte secret. Pour ce chef pirate moderne, la révolution a déjà commencé…

Au début, en 1985, il y eut un livre : TAZ, acronyme de « Zone Autonome Temporaire ». Traduit dans une douzaine de langues, TAZ est un essai libre de droits devenu culte dont la plus célèbre incarnation est le festival Burning Man. Au centre de l'oeuvre d'Hakim Bey : les pirates des XVII et XVIIIème siècles, premiers expérimentateurs des zones autonomes temporaires. Il y a trois siècles, dans les Caraïbes et l'Océan Indien, les pirates faisaient de leurs bases de repli des mondes où cohabitaient toutes les couleurs de peau, toutes les religions et où la propriété privée était abolie. Les adeptes des TAZ en tout genre se réclamant de l'esprit de révolte des flibustiers. Et, comme leurs ancêtres les pirates des mers, ils vont jusqu'au bout de leurs idées sans se soucier de la morale et des conventions. 

"Zone autonome Temporaire", aux éditions de l'éclat

http://www.lyber-eclat.net/lyber/taz.html

+
-

Le plus redouté de ces chefs pirates modernes se cache au cœur même des Etats-Unis. Professeur d’université, poète et philosophe, Peter Lamborn Wilson, de son vrai nom, a publié des dizaines d’essais : utopies pirates, soufisme, anarchisme, « terrorisme poétique »… Autant de « modes d’emploi » pour dynamiter l’ordre établi. Comme ces pirates qui l'inspirent, Hakim Bey a choisi la clandestinité. Méfiant, il s'est fabriqué sa propre enclave, là où peu s'aventurent. Il refuse de communiquer par le net. C'est donc à l'ancienne, en correspondant par lettres, que nous avons préparé cette interview exclusive. C'est par téléphone à la dernière minute qu'il nous fixe le lieu du rendez vous. L'interview se fera chez lui, dans une petite ville tranquille à 200 kilomètres de Big Apple dont nous ne dévoilerons pas le nom. Suivant ses instructions, l'équipe pose sa caméra sur la table du salon et saisit parfois sa main au passage. Hakim Bey a posé une ultime condition : ne pas montrer son visage

-----

Pour accompagner le Summer Of Scandals d’ARTE, Tracks sort de ses archives une série de reportages consacrés aux provocateurs -artistes, musiciens, cinéastes, activistes - qui sentent le soufre et font bouger les lignes à grands coups d’ondes de choc.

Dès le 16 juillet et jusqu’au 24 août, retrouvez cinq fois par semaine un sujet collector de l’émission dédié à un agitateur qui représente le scandale « façon Tracks ».

Dans leurs favoris (1)