TRACKS NEWS / 23-10-15 / Homeland, histoire du taggu...
Homeland

Homeland, histoire du taggueur taggué

Un trio de street artists a court-circuité la production de la série Homeland avec une série de graffs qui la critiquent directement... Et c'est passé à la télé. Toujours relire avant de valider, comme on dit.

C'est tout le problème des productions occidentales qui parlent de la situation sociale dans d'autres parties du monde : il est facile de tomber dans la caricature. Homeland, série télévisée très connue en Amérique du Nord et en Europe, décrit de façon apparemment détaillée le travail de terrain de Carrie Mathison, agent de la CIA parfois envoyée au Moyen-Orient pour y trouver des informations. Et c'est là que la production de la série s'est faite piéger : en voulant "faire comme en Syrie".

Homeland Season 5 | Official Trailer | Claire Danes & Mandy Patinkin Showtime Series
Homeland Season 5 - Trailer
+
-

Pour donner un cachet "authentique" à un décor de plateau censé représenter un camp de réfugiés syriens (le tournage était basé à Berlin), la production de la série a demandé à une poignée de street artists de poser quelques graffs écrits en arabe sur les murs de la scène. Ces derniers - Heba Amin, Caram Kapp et Stone - se sont exécutés, en laissant plusieurs messages bien trempés à la production : “Homeland est raciste”, “Homeland est une blague, et elle n’est pas drôle” ou encore “#blacklivesmatter”. Ces messages ont fait leur chemin... sans que personne ne vérifie leur contenu. Preuve du traitement de surface de la situation géopolitique en Syrie qu'opère Homeland ?

-

Galerie : Homeland street art

4 photos

+
-

Les artistes, sur le site de Heba Amin, ont expliqué leur démarche via un long texte qui appuie sur la vision stéréotypée des différentes populations (arabes, pakistanais, afghans...) qu'offrent les quatre premières saisons de la série. Ajoutant que la critique des méthodes du gouvernement américain en matière de contre-espionnage qu'opère Homeland ne suffit pas à légitimer de telles approximations. Ce n'est qu'après avoir réfléchi au sens de leur action qu'ils ont accepté de participer, Homeland n'étant apparemment pas leur série préférée à la base. Ils pérénnisent ainsi l'un des principes du street art originel : au dela de la décoration, il doit générer du débat.

"Why we hacked an award-winning series"

@ hebaamin.com

+
-

Les artistes de rue passés par la caméra de Tracks sont nombreux, en voici quelques-uns, qui ont toujours considéré leur passion comme un vrai moyen d'expression.

Tracks : Sowat & Lek
+
-
Tracks : Zevs
+
-
Moses & Taps: le vandalisme conceptuel

@ Tracks

+
-
Dans leurs favoris (2)