TRACKS NEWS / 10-12-13 / Jia Zhang-ke : la Chine sou...

Jia Zhang-ke : la Chine sous pression

À 43 ans, le cinéaste Jia Zhang-ke est considéré par les critiques comme l'un des plus grands noms du cinéma chinois. Cette année à Cannes, son dernier film A Touch of Sin a décroché le prix du meilleur scénario. 

01m45

STILL LIFE - Trailer

01m45

+
-

Depuis 1993, Jia Zhang-ke réalise ses documentaires et ses fictions dans un style à la fois réaliste et onirique. Scénariste, réalisateur, monteur et producteur, sa Chine est un pays dévasté, en pleine mutation. Qu’il filme la construction du barrage des Trois-Gorges ou les escort girls déguisées en révolutionnaires pour les grands patrons de Shanghai, Jia Zhang-ke décrit l’envers du décor chinois. En 1997, le réalisateur signe son premier long-métrage, Xiao Wu artisan pickpocket, avant de tourner Platform en 2000, sur une troupe de théâtre révolutionnaire. Avec Still Life, six ans plus tard, il met en scène deux solitaires à la recherche de leurs proches dans une ville bientôt engloutie par les eaux. Point commun de ces œuvres : une liberté de ton qui surprend dans un pays où la censure pèse pourtant de tout son poids.

A TOUCH OF SIN Trailer | Festival 2013

02m01

A TOUCH OF SIN Trailer | Festival 2013

02m01

+
-

Pour son dernier film A Touch of Sin, Jia Zhang-ke s’inspire de quatre faits-divers violents, comme les suicides d'ouvriers surmenés dans les usines de composants informatiques ou la catastrophe ferroviaire de Wen Zou, qui fit 36 morts en 2011. La violence sociale engendrée par le capitalisme sauvage et la corruption généralisée amène les personnages de A Touch of Sin à passer à l'acte.

Un reportage de Marc Godin