TRACKS NEWS / 23-09-16 / Jung Gwang-Il : liberté à l...

Jung Gwang-Il : liberté à la clé USB en Corée du Nord

Sans le consentement du gouvernement, des Nord-Coréens s’échangent en sous main des giga-octets de culture capitaliste.

Faire couler Kim Jong-un avec "Titanic" ? C'est le but du nord-coréen Jung Gwang-Il, fondateur de l'organisation "No Chain". Pour arriver à ses fins il use d'une arme redoutable : des clés USB bourrées de vidéos illicites comme "Hunger Games" ou "Mad Max". Dans l'État le plus fermé de la planète, où seuls les films produits sous l'autorisation du "Leader Suprême" peuvent être visionnés, les clips de K-pop et les blockbusters font un tabac. 

JUNG GWANG-IL | FREEING NORTH KOREA WITH FLASH DRIVES | 2016
« Sauver la Corée du Nord avec des clés USB » - Oslo Freedom Forum (anglais)
+
-

Né en 1963, Jung Gwang-Il débute une carrière prometteuse dans le commerce jusqu'à ce qu'il soit dénoncé par ses employés et accusé à tort d'espionnage en 1999. Torturé puis incarcéré dans un camp de travail, il est libéré en 2003 et fuit pour la Corée du Sud. Pour faire entrer ses clés USB et cartes mémoire en douce, Jung Gwang-Il les cache sous les cols de chemises ou les suspend à des ballons. Au festival SXSW d'Austin au Texas, il expliquait comment leurs bonnes vieilles clés USB pouvaient devenir, selon lui, le moyen idéal pour une prise de conscience collective, et peut-être faire s'écrouler la République Populaire Démocratique de Corée.

Un reportage de Anne-Cécile Genre
Son : Brett Van Deusen