Horizon cosmétique : le maquillage du futur

Pour la designer brésilienne Katia Vega, le futur se prépare dans nos trousses à maquillage. Grâce à ses technologies cosmétiques, on peut désormais envoyer des SMS avec des extensions de cheveux ou faire décoller un drone d'un battement de faux-cils !

Estimée à plus de 200 milliards d'euros, l'industrie mondiale de la cosmétique investit aujourd'hui dans des incubateurs de technologie et se lance sur le marché des objets connectés, comme ce MAPO, premier masque de beauté qui mesure le niveau d'hydratation de votre visage.

MAPO® World's First Connected Beauty mask
MAPO World's First Connected Beauty mask
+
-

« Quand j'étudiais à l'Académie des Beaux Arts de Hong Kong, je m'inspirais des femmes que je croisais dans la rue. Je les voyais se mettre des faux-cils dans le métro avec une dextérité incroyable. Dans les salons de beauté, elles se faisaient poser des faux ongles pendant deux ou trois heures. Du coup je me suis dit : on investit tellement de temps et d'énergie à utiliser nos cosmétiques, pourquoi ne pas y mettre de la technologie ? »

Aux cosmétiques traditionnels, Katia ajoute des fonctionnalités qui augmentent les capacités humaines. En 2015, avec son projet « Hairware », la Péruvienne imagine des extensions capillaires connectées au smartphone, qui peuvent ainsi lancer un enregistrement en se triturant discrètement la tignasse ou faire un selfie en se peignant ! Idéal !

Hairware: The conscious use of unconscious behaviors
Hairware - Katia Vega
+
-