(La) Horde : Dab avec les loups

Ce collectif de danse contemporaine intègre à la scène des cultures qui ont éclos sur le Web.

Même quand elle penche du côté de l’urbain ou de l’avant-garde, on pourra toujours reprocher à la danse de ne pas être en phase avec son époque. Formé par des artiste qui ont grandi sur l’Internet, le collectif (La)Horde ne s’embarrasse pas d’une telle critique : ils vont chercher la danse là où elle naît, et tant mieux si c’est sur Youtube.

Créé par le trio Marine Brutti / Jonathan Debrouwer / Arthur Harel, le collectif donne une vie scénique à la danse post-Internet. Tombés dans le peer-to-peer et YouTube quand ils étaient petits, ils se repaissent de vidéos de danses virales pour concevoir leurs spectacles de danse contemporaine inspirée. "Harlem Shake", "Dab" ou le "Barbs" venu d'Arabie Saoudite, ces nouvelles danses gagnent en notoriété en une poignée de jours, devenant ainsi des phénomènes mondiaux aussi fugaces que populaires. Elles nourrissent aussi le discours de (La)Horde, qui s’en inspire en ajoutant une grosse dose de glitch, d’effets visuels et de culture pop.

Julian Zigerli X (LA)HORDE

03m15

Julian Zigerli X (LA)HORDE

03m15

+
-

Depuis 2015 et une commande de l'Ecole de Danse Contemporaine de Montréal, (La)Horde se réapproprie le "jumpstyle", cette danse venue du Benelux et exécutée sur des sons gabber ou hardcore : sauts de zébulon, coups de pieds aériens et mouvements vifs des bras donnent le rythme d’un style qui se danse toujours au-dessus de 180 BPM. Interprété par des danseurs professionnels ou des jumpers autodidactes, le jumpstyle s'introduit dans les salles de spectacles et même dans un « film chorégraphique ».

Un reportage de Justine Gourichon
Images : Diego Monet
Son : Antoine Benguigui