Le chanteur qui fait non, non, non

Sans lui, l'histoire de la Pop made in France ne serait pas la même. Michel Polnareff, en n'en faisant qu'à sa tête, a donné des coups de pieds dans toutes les fourmilières qu'il a croisées.

Jeune prodige du piano, qui décroche ses premiers prix à 12 ans, il envoie balader le classique pour jouer, encore adolescent, de la guitare dans la rue pendant trois ans. Au milieu des sixties, alors que les yéyés font du copier-coller de standards américains, il imagine un trait d'union entre la chanson française et le rock américain et pose les jalons de la pop française. Pour son premier tube, "La Poupée qui fait non", il embauche deux futurs membres de Led Zeppelin, Jimmy Page et John Paul Jones.

Michel polnareff : la poupée qui fait non ( live 1966 )
La Poupée qui fait non, live 1966 - Michel Polnareff
+
-

Il enchaîne les succès et les provocations : dans la France puritaine de Pompidou, il chante l'adultère et l'amour libre, joue l'ambiguïté sexuelle et montre littéralement ses fesses à tous les passants, sur la célèbre affiche qui fait scandale en 1972 et qui lui vaudra de passer en correctionnel.

« - Est-ce que c’est votre postérieur ? Par ce que si c’est un montage, vous vous en sortez.

- Ah non non non, c’est mon cul ! »

Son personnage, l'énigmatique homme peroxydé qui ne quitte pas ses lunettes, lui permet de jouer avec les codes de l'industrie musicale. Fan des nouvelles technologies, il s'active sur le net bien avant la mode et court-circuite les médias en communiquant en direct comme bon lui semble. Ou pas. Polnareff est le roi de la disparition et du mystère entretenu. Arlésienne la plus célèbre de la musique en France, il annonce un nouvel album depuis... un quart de siècle.