TRACKS NEWS / 06-12-14 / Le règne du « bling-bling »

Le règne du « bling-bling »

Que l’imagerie hip-hop fasse corps avec la culture populaire, ça n’est pas nouveau. Ce qui l’est davantage, c’est que des plasticiens se passionnent désormais pour cet univers qui, à leurs yeux, a cessé d’être de mauvais goût.

Pendant que Jay-Z fait rimer Picasso avec ghetto et que Kanye West nous gratifie de tweets sur l’art moderne, Danny Brown galvanise l’Art Basel, laissant ses compères rappeurs acheter tout le salon à renfort de dollars. Aujourd’hui, le monde du hip-hop kiffe celui de l’art. Étonnant, quand on se rappelle qu’il mettait naguère un point d’honneur à bannir tout signe de bourgeoisie… hormis, bien sûr, les jolis billets verts.

JAY Z "Picasso Baby: A Performance Art Film"

10m46

Jay-Z - "Picasso Baby: A Performance Art Film

10m46

+
-

Encore plus étonnant : le hip-hop provoque un engouement au moins aussi fort chez les acteurs de l’art moderne. Alors que, même en se voulant populaires, les milieux culturels avaient toujours pris le hip-hop avec des pincettes.

Mais cette nouvelle fascination pour les rappeurs est loin de surprendre l’artiste new-yorkaise Roopa Vasudevan:

 

-

Roopa Vasudevan

6 photos

+
-

«Le hip-hop exerce une influence majeure sur la mode, la culture, la langue – et sur notre société en général. Il allait de soi que des peintres ou des sculpteurs commencent à prendre en compte cette forme d’expression. L’art n’est-il pas le reflet de la société ?»

-

Amar Stewart

7 photos

+
-

Nous approuvons – et vous le prouvons en images. Qu’il s’agisse du montage Grillz, de Roopa Vasudevan, des collages de Rashaad Newsome, interrogeant la notion de statut social, ou des portraits à l’huile de géants du hip-hop signés Amar Stewart, le Bling Bling Art s’empare des blogs, magazines et expos autour du globe. Et TRACKS vous explique pourquoi.

Roopa Vasudevan

Roopa Vasudevan

+
-
Amar Stewart

Amar Stewart

+
-
Rashaad Newsome

Rashaad Newsome

+
-