TRACKS NEWS / 17-10-12 / Les Japonais du Tributo Ban...

Les Japonais du Tributo Bando rendent hommage aux légendes de la musique occidentale

En plein centre de Tokyo, dans le quartier de Shibuya, la salle du Duo Music Exchange reçoit le top of the pop en version bis : la crème des "tributo banduso", réunis pour la soirée mensuelle des "Legends of Rock". Les tribute bands perpétuent les moments de grâce des plus grands groupes de la planète. 

Jimisen

Alors qu'il est ado, Hiroshi Fuje se trompe de salle de cinéma et tombe sur la projection du film concert de Woodstock, pile à l'instant où Jimisen entame le solo le plus célèbre de l'histoire du rock, Star Spangled Banner. Une grande claque qui change la vie de Hiroshi Fuje pour toujours. Aujourd’hui, sa passion est son gagne-pain et Jimi Sendrix enquille plus de 200 concerts par an au Japon et dans le monde entier. Il est régulièrement invité aux États-Unis dans des rassemblements de fans à condition qu'il y aille sans make-up.

Baguette Bardot

Chaque année, pendant deux petites semaines au début du mois d'avril, les rues de Tokyo vivent l’enchantement de la floraison des cerisiers. Pendant ce fameux "Hanami", tous les Japonais profitent de cet instant magique pour flâner. Les amoureux se ruent sur les bouteilles de champagne rosé et invitent leur fiancée dans des restaurants français. Parce qu’au Japon, "France" égale passion et amour. Sosie de Brigitte Bardot, la bien nommée Baguette Bardot surfe sur cette vague de francophilie en incarnant l'une des plus grandes idoles de la pop des sixties. Elle a juste un petit handicap : des baguettes de pain à la place des avant-bras.

Pour réaliser son clip inspiré de À bout de Souffle, Baguette Bardot s'est payé un aller-retour à Paris.

Baguette Bardot - La Madrague (Clip)

03m20

Baguette Bardot - La Madrague

03m20

+
-

-

Baguette Bardot

3 photos

+
-

Jon le Chien

À quelques pas de là, dans le quartier de Golden Gai, à Shinjuku, une étrange créature a choisi d'incarner une autre idole française qui aurait été comme un poisson dans l'eau dans ces bars enfumés. Sous le pseudonyme de "Jon Inu", "Jon le Chien", cette patronne de bistrot, cartomancienne a choisi d'incarner l'homme à la tête de chou, Serge Gainsbourg. 

Une idée si saugrenue que le New Yorkais John Zorn a illico accepté de la produire sur son label Zadig ! Particularité de ce Gainsbourg nippon : quand Jon Inu chante, elle s’habille toujours en chien méchant. 

-

Jon Inu

3 photos

+
-

Reportage : Aldo Lee

Dans leurs favoris (1)