Morten Viskum : mort aux rats

Cellules cancéreuses et sang animal constituent la matière première de ses œuvres. Son pinceau ? Une main de cadavre, tout simplement.

En 1995, l’artiste norvégien Morten Viskum, à l’époque encore étudiant à Oslo, crée le scandale en Norvège avec sa première performance artistique, « Rat / olive project », pour laquelle il remplace les olives de bocaux par des bébés rats dans du formol, avant de les déposer en secret dans vingt épiceries du pays.

« Ce que je mets  en avant dans mon art ce sont toutes ces choses auxquelles on ne veut pas être confrontés.  C’est problématique pour le public, par ce qu’en fait, il ne veut pas vraiment voir la vérité en face. »

-

Morten Viskum

4 photos

+
-

À cinquante ans, cet ancien étudiant vétérinaire passé par l’Académie des Beaux-Arts d’Oslo demeure l’un des artistes contemporains les plus controversés. Sa spécialité : peindre avec des mains récupérées sur des cadavres humains – sept en tout, dont il est l’heureux propriétaire et le seul à savoir d’où elles viennent. Tracks est entré dans son immense et étrange antre isolée au sud-est de la Norvège où cohabitent bocaux de formol et installations qui déboulonnent les icônes, de Michael Jackson aux prêtres catholiques…