TRACKS NEWS / 30-09-15 / Moses & Taps: le vandalisme...
Moses & Taps

Moses & Taps: le vandalisme conceptuel

Le monde des graffeurs a décerné un high five. Il y a quelques mois circulaient les images d’une porte de train comblée par un mur en maçonnerie. Au début, difficile de dire qui était derrière cette action –  jusqu’à ce que Moses & Taps, les deux légendes de la scène graffiti outre-Rhin, mettent en ligne une vidéo du making of.

De nos jours, un train de banlieue tagué peine à attirer l’attention. Pour devenir célèbre, mieux vaut trouver un truc moins commun. Une porte murée par exemple, qu’on ne peut pas voir de l’extérieur. C’est ce qui s’est passé à Hambourg en avril. Des centaines d’usagers ont été surpris et amusés à la fois. Leurs photos ont inondé les réseaux sociaux.

Et voilà qu’une vidéo a été mise en ligne montrant les instigateurs en pleine action, sorte de making of de leur opération. Trois hommes dont on ne verra jamais le visage mélangent du mortier et trimbalent des parpaings jusqu’à la gare de dépôt hambourgeoise Barmbek. Ils se mettent ensuite tranquillement à l’œuvre, débitent les parpaings et érigent leur mur pour finir par tout colmater. C’est clair, la confédération du BTP serait fière d’un travail aussi méticuleux !

MOSES & TAPS™ - THE WALL
Moses & Taps: The Wall
+
-

A l’origine de cette vidéo, deux figures majeures du graffiti, Moses & Taps. Il y a longtemps que ces deux-là empruntent de nouvelles voies dans leur pratique artistique. C’est ainsi qu’ils ont abandonné le tag, préférant recourir aux deux mêmes couleurs pour chacune de leurs œuvres. Une autre forme de signature qui garantit qu’on les reconnaît !

Graffiti: Taps & Moses - QUINTA ESSENTIA
Moses & Taps - Quinta Essentia
+
-

Evidemment, les chemins de fer allemands n’ont pas autant apprécié cette action que les internautes. Le préjudice a été évalué à 10 000 euros et les auteurs peuvent s’attendre à une amende salée. Toutefois, hormis le titre de la vidéo, aucun indice ne prouve que Moses & Taps sont les auteurs de ce forfait. La séquence a d’ailleurs été mise en ligne par l’enseigne de mode londonienne Nofugazi. Celle-ci clame qu’elle n’a rien à avoir avec cette action et prétend qu’elle a eu accès à cette vidéo par une source anonyme.