November, une fable venue d’Estonie

Le dernier film de Rainer Sarnet, meilleure photographie au Festival de Tribeca à New York, peint en noir et blanc le folkore estonien.

Chef de file du cinéma en Estonie, ce petit pays qui produit en moyenne six films par an, Rainer Sarnet se fait connaître en 2011 par son adaptation punk de « L’Idiot » de Dostoïevski. Sa marque de fabrique : un mélange de surréalisme et de folklore estonien.

The Idiot TREILER / dir.Rainer Sarnet

02m46

The Idiot – Rainer Sarnet

02m46

+
-

« Le mysticisme m’inspire beaucoup. C’est la possibilité de repousser les limites du langage cinématographique, de penser différemment, de faire quelque chose de différent, sans règle. » Rainer Sarnet

Loups, magies noires et forêts hantées par des esprits, son dernier long métrage, November, s’inspire des légendes estoniennes mais aussi de la réalité du monde paysan du début du siècle dernier : grande pauvreté et croyance en diverses mythologies. Ce sont les photos anthropologiques de Johannes Paasuke qui lui serviront d'exemple pour constituer son casting composé presque uniquement d'acteurs amateurs.

NOVEMBER by Rainer Sarnet_ TRAILER ENG

02m27

November - trailer

02m27

+
-

« Les films estoniens sont très lents, et même un peu tristes, pas tellement sérieux mais c'est le tempo qui est vraiment différent. On pense lentement, on agit lentement, c'est un pays du nord ! » Rainer Sarnet