TRACKS NEWS / 23-10-13 / Rock 'n' Rolli : inclusion ...

Rock 'n' Rolli : inclusion dans la scène culturelle

L’inclusion, c’est le mot clé pour faire disparaître de nos mentalités la frontière entre « handicapé » et « normal ». Si les campagnes politiques ne dépassent guère la rhétorique stérile, les soirées Rock 'n' Rolli sont l’illustration bien vivante de cette tendance. TRACKS montre comment les personnes souffrant de handicap revendiquent leur « right to party ». Place au rappeur en fauteuil et à des créations de mode adaptées à tous 

On recense plus d’un milliard de personnes handicapées au niveau mondial. En général, elles sont exclues de la scène culturelle. Du coup, le groupe de hip-hop sud-africain Die Antwoord a tourné un court métrage, Umshini Wam, dans lequel deux de ses membres, Ninja et Yo Landi, revendiquent le droit de s’éclater pour les non-valides ! 
On a beau être au 3e millénaire, les milieux culturels abordent le plus souvent les personnes handicapées avec des œillères. Annina Zamani est bien décidée à changer la donne. 

Les soirées Rock 'n' Rolli

Avec ses soirées Rock 'n' Rolli au le club berlinois branché Kater Holzig, elle a mis sur pied un événement ouvert à tous avec des performances, des concerts, des DJs et tout un tas de possibilités d’interaction.
But revendiqué de ces soirées : orchestrer la rencontre de personnes, qui dans leur quotidien, ne se rencontreraient guère. Avec le concept Handicap2go le quidam valide peut de se faire une idée de ce qu’est la vie quand on ne voit pas, on ne peut pas se déplacer ou qu’on n’entend pas. La recette : du sparadrap sur le bec, des boules Quies dans les écoutilles et une distribution de fauteuils roulants ! Ceux qui ont envie d’un rencard trouveront leur bonheur à la Flirtstation. Car dans nos sociétés, le besoin d’une intimité partagée chez les handicapés est encore un sujet tabou.

-

Rock 'n' Rolli

2 photos

+
-

Les clichés - Non, merci!

La signature de Graf Fidis, c’est son sixième doigt. Le rappeur berlinois joue de son handicap pour secouer le public avec ses textes.
Mira Meckert, une créatrice de mode en fauteuil roulant, en a aussi ras le bol de ces clichés. Elle milite pour l’inclusion dans le monde de la mode et a fondé Rolling Elephants, une griffe spécialisée dans les besoins des personnes paraplégiques.  S’il y a bien une chose dont Mira n’a pas besoin, c’est de la pitié. Car la pitié ne fait qu’altérer le regard sur les points communs, elle donne des œillères et rend paresseux.