Soirées « sexpositives » à Berlin – pourquoi alors aller dans les backrooms ?

Tout est possible, rien d’obligatoire.

Berlin est de retour ! Du moins quand il s'agit de soirées libertines rappelant les années 1920. Les clubs de la capitale sont conquis par des soirées expérimentales entre électro et sexe. Qu'il s'agisse de « The House of Red Doors », de la soirée « Gegen » ou de « Porn by Pornceptual » – exit désormais les coups rapides et honteux dans les arrière-cours, place à un plaisir totalement affranchi du monde extérieur et des conventions.

Après, libre à chacun de passer à l’acte ou non. La liberté, c’est bien le principe de ces nuits torrides. TRACKS rencontre les photographes Ana Tabatadze et George Nebieridze qui ont lancé ces nouveaux concepts festifs.  Entretien également avec le réalisateur Gustav Törnqvist de son documentaire Holy Fuck.

George Nebieridze:
Vous rencontrez des gens de toutes les cultures, de tous les milieux sociaux, de tous les domaines professionnels et de toutes les orientations sexuelles. C'est ce qui rend la chose si excitante. Chacun a sa propre histoire. Et pourtant, c’est là qu’on se rend compte que l’autre n’est pas si différent que ça, au contraire.

George Nebieridze

George Nebieridze

+
-
Trees and Voice

Trees and Voice

+
-
Bad Bruises

Bad Bruises

+
-
Gegen Berlin

Gegen Berlin

+
-
Pornceptual

Pornceptual

+
-