TRACKS NEWS / 29-11-17 / Antipop Consortium, Kirin J...

Antipop Consortium, Kirin J. Callinan, Ishoku Hada Girls... vendredi dans Tracks !

Les punks de la Toile livrent leurs secrets - Le DJ chilien Matias Aguayo s'entoure du trio The Desdemonas - Grotesque et exhibitionniste, Kirin J. Callinan repousse les limites du mauvais goût - À Tokyo, les Ishoku Hada Girls font du "body painting" fluo - Stephen Shames se souvient des Black Panthers.
 

Ce vendredi 1er décembre à 23h55 :

Geek Faëries Part. II

Retour en territoire geek !  Pendant trois jours et trois nuits, au Château de Selles-sur-Cher, on réinvente le monde en créant, en jouant et en réfléchissant la tête dans les étoiles ou devant son ordinateur. Les obsédés de Star Wars y côtoient les orateurs férus d’Histoire médiévale, les pirates high tech, les prop-maker ou encore les passionnés de rétro gaming. Dans ce second épisode, les geeks contre-attaquent ! Comment monter un ordinateur avec moins de 3$, lutter contre la collecte de données personnelles et contourner un firmware pour en faire un logiciel libre ? Dans leur bastion du Loir-et-Cher, les punks de la toile livrent leurs secrets pour faire du web ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être : l'ultime espace de liberté.

Antipop Consortium

En 1997, un ovni déboule sur la scène hip-hop américaine : en croisant le rap avec le breakbeat et l'électro, Antipop Consortium invente un nouveau son, l' "abstract hip-hop". Formé par les trois rappeurs M.Sayyid, Beans et High Priest, Antipop Consortium sort de son berceau new-yorkais pour partir à la conquête des raves et des clubs européens. En 2002, après trois albums, le groupe se sépare et chacun des membres tente une aventure solo. Aujourd'hui installé à Paris, le MC M.Sayyid sort un nouvel album, entame une carrière dans le cinéma et se lance dans l'art contemporain avec une création multimédia. Tracks l'a rencontré dans son studio parisien.

Matias Aguayo & the Desdemonas

Né sous le soleil de Santiago du Chili, c’est dans la pénombre des dancefloors allemands que Matias Aguayo élabore son mélange de house music, de cumbia et de champeta colombienne. Fils de réfugiés chiliens, Matias passe son adolescence à Cologne où il invente des sons dans sa chambre pour vaincre l'ennui. Depuis 2016, le DJ s’entoure de musiciens avec le trio The Desdemonas et met en scène un cabaret rétro-futuriste doté d'un curieux instrument baptisé la "Mona". Sur fond de cold wave, le groupe répand des touches tropicales issues de leurs racines hétéroclites.

Kirin J. Callinan

Être drôle, le chanteur australien Kirin J. Callinan prend ça très au sérieux ! Grotesque et exhibitionniste, cet amoureux du kitch n'hésite pas à repousser les limites du mauvais goût et va jusqu'à se faire pipi dessus pour la pochette de son dernier album. Né en 1986 dans la banlieue de Sydney, Kirin grandit avec le mulet et le look eighties de son père, claviériste d'un groupe de rock populaire en Australie. Aujourd'hui comparé à Tom Waits et Nick Cave pour sn charisme, l'Australien convainc même la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion, qui le fait jouer dans la deuxième saison de la série Top of The Lake, aux côtés d'Elisabeth Moss et de Nicole Kidman.

Ishoku Hada Girls

« Pour être libres, peignons-nous le corps de couleurs flashy ! », c'est la maxime des Ishoku Hada Girls. Après le "Fruit Decora" et le "Gyaru", la peinture corporelle est la nouvelle mode de cosplay venue du Japon. Depuis juin dernier, dans le quartier de Harajuku à Tokyo, les Ishoku Hada Girls font du body painting fluo à la manière d'une divinité shintoïste ou d'un super héros d'animé. Menée par le modèle de 27 ans, Miyako Akane, cette bande de japonaises à l’allure d’arc-en-ciel revendique le droit de ne plus ressembler au genre humain.

Stephen Shames

Il a signé la plus riche collection de photos des Black Panthers. A 19 ans, Stephen Shames rencontre Bobby Seale, fondateur du mouvement et sèche les cours à la Fac pour photographier la vie du Black Panthers Party de l'intérieur. Pendant sept ans, de 1966 à 1973, Stephen Shames témoigne de leur vie publique, de leur combat, de leur quotidien et rentre dans l'intimité de ces révolutionnaires d'un nouveau genre, documentant ainsi l'une des périodes les plus tumultueuses de l'histoire des Etats-Unis. Toujours avec le même engagement, il poursuivra son œuvre en photographiant, vingt années durant, la vie dans les rues du Bronx, l'immense pauvreté d'une partie de la population et les exclus du rêve américain.