TRACKS NEWS / 27-10-12 / Strike a Pose ! Voguing is ...

Strike a Pose ! Voguing is back !

À Londres et Berlin, vogue la danse ! Queers et hétéros rechaussent les talons aiguilles. 

Poses glamour, compétitions, dance music survoltée… : vingt ans après Vogue qui reprenait la culture club new-yorkaise, le voguing revient avec sa mode ultra glam. Des documentaires comme Paris is Burning et des stars comme Madonna (Vogue) et Lady Gaga avaient déjà érigé un monument en son honneur.
En 2012, on a assisté à un revival de cette mode avec la sortie sur grand écran d’une comédie musicale, Leave It on the Floor, signée Sheldon Larry. Brad, le personnage principal, se trouve pris dans le tourbillon de la communauté du voguing et de ses bals où, pour obtenir les faveurs du jury, des hommes de la communauté homosexuelle s’affrontent dans des duels assez osés. Brad tombe amoureux, évidemment. De la mauvaise personne, il fallait bien s’y attendre.

-

Voguing

5 photos

+
-

Hector Xtravaganza - l'ancêtre de cette mode
Dans la réalité, Afro-Américains et Hispano-Américains gays s'organisent depuis les années 1960 en familles, les « houses ». Lors de bals ultra-chics, les membres de « House of Chanel », 
« House of Alure », etc. prennent la pose devant un jury pour décrocher le prix de la meilleure « Butch Queen », « Virgin » ou « Sex Siren ».
Hector Xtravaganza est pour ainsi dire l’ancêtre de cette mode. Ce quinquagénaire américain a lancé il y a trente ans à Harlem la « House of Xtravaganza ». La danse lui a sauvé la vie.

Voguing aujourd'hui
En 2012, le voguing est devenu une attitude plus qu’une réaction aux brimades et aux complexes. 
En automne 2012, Hector Xtravaganza a organisé à Berlin un atelier pour transmettre son savoir et préparer les débutants au premier ball voguing donné en Allemagne : « Berlin Vogue Out ! ».
La jeune génération a fait ses preuves, et montré qu’elle avait bien intégré la principale règle du voguing : une fois qu’on maîtrise la Hand Performance, le Catwalk et les Death Drops, 
cette touche d’arrogance qui caractérise le maintien du vogueur vient d’elle-même.
À Londres Jim Warboy s’est fait un nom : depuis des décennies, il organise les  soirées les plus extravagantes de la ville, et en 2012, il a présenté son « SOS-Show » au Summer Rites Festival –un festival open air où les plus grands clubs gays de Londres annoncent la couleur. Cette année encore, il n’y avait qu’un mot d’ordre : voguez, dansez jusqu’à ce que le rimmel vous coule sur les joues !
Peu importe que le voguing renaisse sous une forme ou une autre. L’important, c’est qu’on soit de plus en plus nombreux à danser hors des sentiers battus !

Dans leurs favoris (1)