Le duo $uicideboy$ livre un trap sombre et résolument anti-pop – et c’est précisément ce qui le rend populaire !

A La Nouvelle Orléans, un chanteur punk raté et un dealer héroïnomane font désormais un rap qui parle de dépression, de suicide et de violence. Les internautes adorent !

Ruby da Cherry:
« on est les vautours de la musique pop, on se repaît des cadavres de la culture pop. Ce genre, on l’appelle le rap de l’ombre. Il ne pourrait pas exister en pleine lumière. »

D’aucuns qualifient le style de Ruby da Cherry et de $crim de « rap de l’ombre » ou encore de « rap horrorcore grésillant ». Si vous voulez savoir ce que les deux musiciens originaires de La Nouvelle Orléans pensent de ces commentaires, écoutez donc leur titre :

$UICIDEBOY$ x GETTER

+
-

On peut appeler comme on veut le son de $uicideboy$. Une chose est sûre, le duo n’a signé sur aucun label et sa musique que l’on pourrait décrire comme l’antithèse du mainstream ne passe jamais à la radio. Et pourtant, ses titres génèrent parfois 40 millions de clics.

Le duo s’est doté d’un nom glauque qui évoque un pacte de sang, comme s’il s’agissait de se sauver mutuellement de la dépression et de l’enfer de la drogue, de broyer un vécu de junky et les pensées suicidaires par de violents beats Lo-Fi, d’extirper son mal-être à grands coups de pogo.

Depuis sa création en 2014, le duo a sorti une trentaine de titres. Cette année, il s’est produit pour la première fois sur des scènes en France et en Allemagne. TRACKS était là.