TRACKS NEWS / 11-06-18 / En roues libres
VELORUTION

En roues libres

En selle sur le destrier du temps moderne qui continue à s’aventurer hors des sentiers battus.

Deux cents ans et pas une ride. Même si d’autres roues sont venues se greffer aux pieds de l’humanité, des rollers au skate en passant par la trottinette ou le segway, le vélo est toujours devant le peloton. Souveraine incontestée du déplacement à la force du mollet, la petite reine s’offre encore le luxe, avec une mécanique qui a somme toute assez peu évolué depuis le temps de grand maman, reste le symbole de la liberté, comme le cheval du cowboy avant elle. Et même une vieille dame indigne, parfois. Car elle reste un instrument de subversion comme le raconte la websérie documentaire En selle !, disponible sur le Arte Creative. Réalisés par Marc-Aurèle Vecchione, à qui l’on doit entre autres les documentaires de référence Antifa, chasseur de skins et Writers, sur le graffiti parisien, les dix épisodes de la série explorent la renaissance de la culture vélo en partant à la rencontre de ceux qui ont réinventé son usage, suivis par une caméra embarquée au plus près des deux roues à rayons ou valdinguant dans les airs lors de prises de vues aériennes XXL de ride. Course, BMX, trial… à chaque genre son histoire et ses pratiques. Au fil des épisodes, on embarque pour une course illégale à Copenhague organisée au milieu du trafic, on tremble avec l’anglais Ben Travis qui s’élance en trial sur les bâtiments parisiens, on voit revivre le mythique vélodrome de La Cipale qui accueillit longtemps l’arrivée du Tour de France et on suit ces mystérieux ramasseurs d’épaves de bicyclettes allemands qui accrochent leurs vélos fantômes aux métros et façades d’immeubles berlinois… 

Selon la grande figure féministe américaine du XIXème siècle Susan B. Anthony, le vélo a été l’outil ultime de l’émancipation des femmes. À l’époque, la bicyclette était considérée comme une pratique immorale pour le « sexe faible » parce qu’il encouragerait dévergondage et exhibitionnisme. Celles qui bravaient les convenances s’emmêlaient les jupons dans les rayons des roues, le port du pantalon par des femmes étant alors réprouvé. C’est en se battant pour leur droit à pédaler que les femmes ont finit par imposer le port du bloomer, ce petit short bouffant qui, enfin, arrêtait de couvrir ce genou que l’on ne saurait voir. Objet de fronde depuis sa création, le vélo a servi à poser un jalon de l’art contemporain puisque c’est lui qu’a érigé Marcel Duchamp en œuvre en 1913 avec sa célèbre Roue de bicyclette, emblème du ready made. En ouverture de la série En selle !, le documentaire Biking Boom, le vélo dans l’art et la pop retrace l’histoire de la petite reine comme objet de fascination des artistes, de Max Oppenheimer à Ai Wei Wei et ses monumentales installations de vélos en passant par Kraftwerk qui a célébré les cent ans du Tour de France en lui consacrant un album entier en 2003.

Et qu’est-ce qui fait courir la reine de la longévité sportive au millier de titres décrochés Jeannie Longo (qui, oui, continue à courir) ? C’est pas le patin à roulettes ! Alors gageons que l’homme va continuer encore longtemps à lever les genoux et pour ceux qui préfèrent le faire par procuration, voici de quoi vous en mettre plein les mirettes avec Bike Wars, les Mad Max à pédales passés dans Tracks.

Amis parisiens, rendez-vous au Festival Sans les mains qui se déroulera à La Villette du 22 au 24 juin : courses, concerts, ateliers, projections… la culture vélo sera à l’honneur !